By Andrea Dworkin

Andrea Dworkin is the author of Scapegoat: The Jews, Israel, and Women's Liberation, which won an American Book Award, Intercourse, Pornography: Men Possessing Women, and the novels Mercy and Ice and Fire. Her newest book is Heartbreak: The Political Memoir of a Feminist Militant.

He's a greedy piece of work, this consumer of other live human beings.

Glasgow needs to be thanked. Through consistent and effective feminist organising for the equality and dignity of women over a 30-year period, a new lexicon has reached responsive politicians who are willing to ban lap-dancing because of its affront to the integrity of women.

Objectification is recognised for what it is: the dehumanising of a subordinated group for the purpose of civil and sexual dominance. Commodifying the sexuality of women is recognised for what it is: the abuse of women's bodies as if women were products for mass consumption. Lap-dancing is seen for what it is: living pornography.

The struggle for this consciousness has been long and hard. It is joined now by the Glasgow City Council, and a licensing board. The recognition that sexual exploitation is incompatible with equality is shared by a community of people in the mainstream. This community has demonstrated courage by refusing to give in to the pressure of those who organise lap-dancing and the johns who consume it.

The primary issue is the status of women, who are inevitably demeaned by being treated as less than fully human, as objects who can be used and misused. It is only when defending sexual objectification in prostitution and its sister phenomena (lap-dancing, stripping, pornography) that women get to be "consenting adults". Giving up one's body for money is the signature of a woman's consent.

In California a man named Lawrence Singleton raped a teenage girl and cut off her arms. As a final gesture he threw a $10 bill at her nearly dead body. She had consented, he said, and he clearly expected his largesse to prove consent. Had he not cut off her arms, the $10 might have bought him an acquittal.

When the Marquis de Sade assaulted and poisoned prostituted women, the exchange of money was (and still is) widely regarded as consent. When the Marquis was prosecuted for egregious violence by one of his non-prostitute victims, her willingness to accept a money settlement showed her bad character and that she deserved what she got. She did more than consent: he abused her because she wanted him to . . . so that she could get the money.

The same algebra occurs every day in contemporary US courts. Money for sex cleanses the man; the woman who takes the money is consenting to, or has invited whatever happens to her.

Glasgow City Council and the licensing board refused to accept this patriarchal axiom. Instead, the concern was the well-being of all women, including those who did lap-dancing: commercial sexual exploitation was seen as a gateway to violence against women.

Men did not get to use money to justify exploiting the downtrodden. And though the people I consider to be exploitative will claim that middle-class women are racing to sex emporiums, the fact is that lap-dancing is for the poor, the abused, the hopeless. The work so-called is more deadening and boring than any assembly line in any factory, and then there is the question of vulnerability: the naked are vulnerable, the clothed waving pounds are not. And men are so big and strong.

The one argument for lap-dancing is the economic one. Even though women do not consent to poverty, women are poor, none the less. Lap-dancers are described as self-employed. They pay the boss £80 a night and 15% of the tips they make for the privilege of being sexual commodities. They are said to make a whopping £25,000 a year.

Every woman, said the women's movement, is one man away from welfare.

Lap-dancers require considerably more than one man. Women working in the same jobs as men still get paid less than their male counterparts. But no-one would expect to see an epidemic of male lap-dancing. Some forms of degradation are female-only. As with most so-called sex work, the lap-dancers are closer to indentured servitude than to capitalist pigdom.

It is hard to imagine a time when men will run out of ways to exploit women's bodies for sexual entertainment. Lap-dancing is the craze du jour, a hair-breadth away from prostitution, or conjoined with it. It might be better to bring back bear-baiting as a public spectacle than to make each man's lap a kingdom on which the glamorous serfs will perform as dancing girls to bring him the pleasure of the pornographic nude in action . . . and for him, all for him. He is king of the world.

The sexual proletarian has to convince him that she is on his lap, of all the laps in the universe, because she wants to be. His lap is special, don't you see, as each and every time she goes through the ordeal of making him twice his natural size. Virginia Woolf did not imagine that the man would have mirrors of this sort . . . live, naked, dancing lap-women . . . with which to enhance and enlarge himself.

He's a greedy piece of work, this consumer of other live human beings. He thinks the females exist for him and the new game in town is that they come this close, so very close, to his erect penis without touching it and then he gives them money. In the game, as the rules are written, he flirts with the continsuum between impotence and masturbation. Of course the implicit logic is that the females do touch it if he wants and then the women get more money (at that moment) and cross a line; no longer dancers, they become prostituted women, the genuinely marginal women to whom anything can and will be done.

Lap-dancing is a rung above the bottom. Prostitution is the bottom.

The fall is inevitable because lap-dancing is foreplay in lieu of the main event. The men are excited by the novelty of having female strangers so close, purely sexual, expecting nothing but a few bills. The men are excited by the rush of having naked, living pornography so close. The men are excited by their own agency, the domination of "the girls" by money that they have and "the girls" don't. Each individual man is king of the world as he flashes cash.

In order to advocate or consume lap-dancing a man must think he is a fascinating sexual figure; thus it is plausible for him to argue that he is fulfilling the woman's need to be naked and undulating for him. The arrogance of the assumption is staggering. The sheer boredom of man after man after man should be self-evident, but apparently, along with celebrating his own sexual charisma, the man thinks that women have no brains, no hearts, no lives worth living. He's enough. He is reason enough to condemn her to a degraded life.

To accept a woman as a sexual commodity means the man has no brain, no heart, no life worth living.

Think about it: the average idiot (included in this category are the prominent men who use lap-dancers) has a right, which he and his cohort presume, to use up the life of a woman, to have her touch or not touch at his behest, to have her naked and gyrating, to appropriate her sexuality for money . . . but not only her sexuality, also her vitality, her energy, years of her life. It's as if the bear has been let out of the cage because finally a bunch of bears has been taught to lick, not bite.

The women are throwaway women, and most do end up in outright prostitution, visited by these same men, now playing a harder, more forceful, more depraved game. In lap-dancing, as in prostitution, the male has the illusion of having bought the female body . . . it's his for three minutes, or five, or 10. He has the illusion of having a right to buy that body.

He has no responsibility for what happens to that body after he is done with it. She is an "it", her body standing in for her humanity. One has to ask: are men really this stupid? Then one grasps the sinister principle that has allowed all the banal boys to turn into nasty but gratified men: commodifying a human body is the base principle for all forms of systematised cruelty: trafficking in women, selling slaves in the Sudan, using violence against another group, identified by race or gender or national identity or class.

The big, brave men who want lap-dancing could use some lap-slicing in its place.

Copyright © 2002 by Andrea Dworkin. Used by permission.
Originally published in The Herald (Glasgow, Scotland) www.theherald.co.uk

Un texte d'Andrea Dworkin sur la pratique prostitutionnelle de la "danse-contact"


Voici un texte d'Andrea Dworkin, féministe américaine, publié le 2 août 2002 dans le journal The Herald, de Glasgow (Écosse). Dans cette ville, des féministes ont réussi - après un long travail - à faire reconnaître comme dégradante pour les femmes la pratique prostitutionnelle de la "danse-contact" (lap-dance), qui se pratique dans des boîtes de nuit : elle consiste pour une femme à danser nue tout près d’un homme qui lui donne de l’argent. L’homme reste habillé et la femme se frotte contre lui, en une sorte de masturbation sans les mains et à travers les vêtements. Ce genre de "danse" est de plus en plus souvent pratiqué dans des alcôves où tout est permis à l'abri des regards.

Andrea Dworkin est l’auteur de plusieurs livres importants : Scapegoat: The Jews, Israel, and Women's Liberation
Intercourse, Pornography: Men Possessing Women. Son dernier livre est : Heartbreak: The Political Memoir of a Feminist Militant.

Le texte original est suivi de la traduction française.

TRADUCTION, par Annick Boisset
Note de la traductrice : Pour traduire lap-dance, lap signifiant giron, entrecuisse, nous avons choisi danse-contact. Rien à voir avec la danse-contact, forme de danse née aux Etats-Unis dans les années 70 et de signification politique (féministe, antiraciste, anti-exclusion).


Il faut remercier Glasgow. Grâce à des organisations féministes efficaces, et travaillant ensemble depuis 30 ans à l'égalité et à la dignité des femmes, un nouveau discours est parvenu jusqu'à certains politiques. Sensibles à l'affront que la danse-contact représente pour l'intégrité des femmes, ils sont décidés à l'interdire. L'objectivisation des femmes est reconnue pour ce qu'elle est : la déshumanisation d'un groupe inférieur en vue d'une domination sexuelle et sociale. La marchandisation de la sexualité féminine est reconnue pour ce qu'elle est : l'utilisation insultante du corps des femmes considérées comme des produits de consommation de masse. La danse–contact est vue pour ce qu'elle est : de la pornographie vivante. La lutte pour cette prise de conscience a été longue et difficile. Elle est maintenant relayée par le conseil municipal et une commission de censure. L'idée que l'exploitation sexuelle est incompatible avec l'égalité est reconnue et partagée par un groupe de personnalités en vue. Ces personnalités ont fait preuve de courage en refusant de céder aux pressions de ceux qui organisent la danse-contact, et des "viandards" qui la consomment.

Le premier problème est celui du statut des femmes, qui sont inévitablement rabaissées, et traitées comme des sous-êtres, ou des objets à plus ou moins mal utiliser. Ce n'est que lorsqu'on défend l'objectivisation sexuelle dans la prostitution, et dans les phénomènes parallèles (danse-contact, strip-tease, pornographie) que les femmes peuvent devenir des "adultes consentantes". Dés lors, si elles abandonnent leur corps pour de l'argent, c'est la preuve de leur assentiment.

En Californie, un certain Lawrence Singleton a violé une adolescente et lui a coupé les bras ; pour finir, il a jeté un billet de 10 dollars sur son corps agonisant. Elle était d'accord, a-t-il dit, et il espérait clairement que cette largesse prouverait son consentement. S'il ne lui avait pas coupé les bras, le billet de 10 dollars aurait pu lui valoir un acquittement.

Quand le marquis de Sade agressait et empoisonnait des prostituées, l'échange d'argent était (et est toujours) considéré comme une preuve de consentement. Si le marquis était poursuivi pour violence caractérisée par l'une de ses victimes non prostituée, et qu'elle acceptait un dédommagement financier, elle prouvait par là le vice de sa nature : elle n'avait que ce qu'elle méritait. Elle faisait plus que consentir : Il abusait d'elle parce qu'elle le voulait bien…afin de recevoir de l'argent. De nos jours, la même arithmétique a cours quotidiennement dans les tribunaux américains. L'argent payé pour un rapport sexuel lave l'homme de toute responsabilité : on considère que la femme a consenti à tout ce qui lui est arrivé, ou qu'elle l'a cherché.
Le conseil municipal de Glasgow, ainsi que le comité de censure ont refusé d'accepter cet axiome patiarcal. Ils se sont plutôt préoccupés du sort de toutes les femmes, y compris de celles qui pratiquent la danse-contact. L'exploitation sexuelle commerciale a été considérée comme la porte ouverte à toutes les violences contre les femmes.

Les hommes n'ont tout de même pas été jusqu'à justifier l'exploitation des plus faibles par l'argent. Des gens, que je considère comme des exploiteurs, proclament que des femmes de la classe moyenne se précipitent dans les hyper-marchés du sexe ; pourtant, la danse-contact est d'abord pour les pauvres, les malmenées, les sans-espoir. Ce prétendu travail est plus harassant et plus fastidieux que n'importe quel travail à la chaîne. De plus, il y a la question de la vulnérabilité : celles qui sont dénudées sont vulnérables, ceux qui sont habillés et qui agitent des billets de banque ne le sont pas. Sans compter que les hommes sont si grands et si forts !

L'argument toujours mis en avant en faveur de la danse-contact est d'ordre économique. Même si les femmes en général ne veulent pas être pauvres, elles sont pauvres malgré tout. Les danseuses-contact sont considérées comme des travailleuses indépendantes. Elles paient 80 dollars la nuit, plus 15% sur leurs pourboires, pour le privilège d'être un produit sexuel. On dit qu'elles gagnent la grasse somme de 25.000 dollars par an.

Toute femme, dit le mouvement féministe, est à un homme de distance de l’aide sociale.

Pour les danseuses-contact, il faut bien plus qu'un homme. Les femmes ayant les mêmes métiers que les hommes sont toujours moins bien payées que leurs homologues masculins. Mais personne ne pourrait envisager une épidémie de danse-contact masculine. Certaines formes de dégradation sont exclusivement féminines. Comme pour la plupart des soi-disant travailleuses du sexe, les danseuses-contact sont plus près du servage que de la "cochonocratie" capitaliste. Il est difficile d'imaginer le temps où les hommes ne trouveront plus de moyens pour exploiter le corps des femmes, en vue de leur divertissement sexuel. La danse-contact est la folie du jour, à un cheveu de la prostitution, ou combinée à elle. Il vaudrait sans doute mieux réhabiliter les combats publics d'ours et de chiens, plutôt que de faire de chaque entrecuisse masculine un royaume au dessus duquel des serves glamour donnent un spectacle de danse pour lui apporter le plaisir de la nudité pornographique en action. Pour lui, rien que pour lui. …le roi du monde !

La prolétaire sexuelle doit le convaincre qu'elle est sur son entrecuisse, à lui, seul et unique au monde, parce qu'elle a envie d'y être. Voyez-vous, son entrecuisse n'est pas celui de n'importe qui, puisqu'à chaque fois, elle doit passer par l'épreuve de lui donner deux fois sa taille normale. Virginia Woolf n'imaginait pas qu'un homme puisse avoir un miroir de ce genre, des femmes vivantes, nues et dansantes…..grâce auxquelles il s'élargit et se met en valeur.

C'est une mécanique gourmande, ce consommateur d'autres êtres humains vivants. Il pense que les femmes n' existent que pour lui ; le nouveau jeu, en ville, est qu'elles doivent se rapprocher le plus près possible de son pénis en érection, sans le toucher ; il leur donne alors l'argent. Dans les règles de ce jeu, l'homme évolue entre impuissance et masturbation. Bien sûr, la logique implicite est que la femme touche quand même, s'il le lui demande ;et alors, juste à ce moment, elle reçoit une somme d'argent supplémentaire : elle a franchi la frontière. De danseuse, elle devient prostituée, une femme authentiquement en marge, qui fera, et à qui l'on peut faire, n'importe quoi….La danse-contact est l'avant-dernier échelon de l'échelle, la prostitution en est le dernier.

La chute est inévitable, car la danse-contact est le prologue, et non l'événement principal. Les hommes sont excités par la nouveauté, par le surgissement de cette nudité pornographique et vivante tout près d'eux : des inconnues femelles, et purement sexuelles, n'attendant rien d'autre que quelques billets. Les hommes sont excités par leur propre comportement , la domination "des filles" par l'argent qu'ils ont, eux , et que "les filles" n'ont pas. Chaque homme, pris individuellement, est le roi du monde quand il fait briller le fric!

Pour être défenseur ou amateur de danse-contact, un homme doit croire qu'il est lui-même une fascinante image sexuelle. Ainsi, il lui est possible de dire qu'il répond au désir de la femme d'être nue et d'onduler pour lui. L'arrogance de la présomption est inouïe. Il devrait être évident que la succession des hommes, l'un après l'autre, provoque un ennui profond ; mais apparemment, en même temps qu'il célèbre son propre charisme, l'homme pense que les femmes n'ont ni cerveau, ni cœur, ni vie digne d'être vécue. Il croit qu'il se suffit à lui-même, qu'il a suffisamment de rationalité, et qu'il peut de ce fait la condamner à une existence dégradée. Pourtant, s'il accepte de voir une femme comme un produit sexuel , cela signifie que l'homme en question n'a ni cerveau, ni cœur, ni vie digne d'être vécue.

Pensez-y. L'idiot moyen (en incluant dans cette catégorie les hommes haut placés qui utilisent des danseuses-contact) a un droit, que lui et ses semblables revendiquent, celui de se servir de la vie d'une femme, de la faire le toucher ou non à sa guise, de l'avoir devant lui, nue et ondulante, en s'appropriant sa sexualité pour de l'argent…..Pas seulement sa sexualité, mais aussi son envie de vivre, son énergie vitale, des années de sa vie. C'est comme si finalement on avait laissé sortir l'ours de sa cage, parce qu'on aurait appris à un autre groupe d'ours à lécher, et non à mordre.

Les femmes en question sont des rebuts humains, et la plupart finissent vraiment comme prostituées. Les mêmes hommes leur rendent visite, et ils jouent maintenant un rôle plus dur, plus violent, plus dépravé. Dans la danse-contact, comme dans la prostitution, l'homme a l'illusion d'avoir acheté le corps féminin. Elle est à lui pour trois minutes, ou cinq, ou dix. Il a l'illusion d'avoir le droit d'acheter ce corps.

Il ne se sent pas responsable de ce qui arrive par la suite à ce corps qu'il a fini de besogner : "elle " est une chose, et son corps lui tient lieu d'humanité. On doit se poser la question : les hommes sont-ils stupides à ce point ? On prend alors conscience du principe sinistre qui préside à la transformation de tous ces garçons ordinaires en hommes nuisibles, mais satisfaits. Faire du corps humain une marchandise est le principe de base de toutes les formes de cruauté systématique: le trafic des femmes, la vente d'esclaves au Soudan, l'utilisation de la violence contre un autre groupe, identifié par sa race, son genre, son identité nationale ou sa classe sociale. Les hommes courageux et forts qui sont adeptes de la danse-contact, pourraient le cas échéant se livrer à la danse du couteau à découper…

Back to Andrea Dworkin Homepage

Special thanks to Florence Montreynaud for the French translation.

Since 09.07.02